La Bastide de Jennie

"Jean-Claude Montanier nous emmène et nous transporte pour un voyage au long cours. On suit les aventures sur mer et sur terre des personnages nombreux et attachants. Lecture passionnante. Evasion garantie."     

                         La Provence 5/12/2019

Aussi disponible sur :

ROMAN HISTORIQUE

A partir de nombreux documents et narrations d’époque, l'auteur replace la vie de familles provençales émigrées dans le contexte historique des XVIIIe et XIXe siècles. 

 

1781 – Martigues. La classe d’âge de Nicolas Joseph est requise par la Marine pour participer à la Guerre d’Indépendance en Amérique. C’est le début d’une longue épopée pour les familles émigrées qui ont fui la Terreur en Provence et qui découvrent la Louisiane.

 

1833 - Louisiane. Gaspard Toussaint, sauvagement agressé, est laissé pour mort sur la terrasse de sa demeure. Jean-Jacques Prieur, l'auteur de ce méfait, est contraint de s’exiler à Marseille entraînant avec lui sa soeur Jennie qui doit épouser un ancien officier du port de La Nouvelle-Orléans.

 

1834 – Marseille. Jennie se trouve plongée au coeur de la révolution industrielle aux côtés des frères Bourrely qui ne restent pas insensibles à son charme. Mais le passé qu'elle croyait avoir laissé en Louisiane resurgit et vient bouleverser sa vie. C'est dans la quiétude de La Bastide de Jennie que se jouera pourtant son destin.

 

 

logo BoD.png
Decitre.jpg
logo amazon.png
logo fnac.jpg

Marie - L'indomptable

ROMAN HISTORIQUE

Réédition de l'ouvrage Les Vents du Destin précédemment publié en 2016

  Alors qu’il travaille dans ses champs de Balagne, Jacques-Marie Franceschini est enlevé, ainsi que son épouse Silvia, par les pirates barbaresques. Après de nombreuses péripéties et la naissance de leur fille Marthe ils pensent enfin entrevoir la liberté. Mais les vents leur sont à nouveau contraires et conduisent Marthe dans le palais du Sultan du Maroc, duquel son père tentera de l’arracher.

  Martin Chave, marin au Martigues, ne parvient plus à subvenir aux besoins de sa famille et doit se résoudre à s’exiler vers Cadix. avec Marie et Louis, ses enfants. Sur le bateau, ils croisent Jacques-Marie Franceschini qui fait découvrir l'histoire de Marthe à Marie, qui lui rappelle tant sa fille.

  Les vies de Marthe et Marie se retrouveront désormais mêlées, entre aventures romanesques et secrets, et elles influeront sur le royaume de Maroc.

A partir de nombreux documents d'époque, l'auteur replace la destinée de deux familles, les Franceschini et les Chave, dans le contexte historique méditerranéen de la fin du XVIIIème siècle.

logo BoD.png

Aussi disponible sur :

Decitre.jpg
logo amazon.png
logo fnac.jpg
 

Histoire des Ponts et Canaux de Martigues

HISTOIRE REGIONALE

  Voyageant de Marseille pour vous rendre en Arles, arrivé à hauteur de Martigues, vous traverserez le viaduc autoroutier qui enjambe le Grand Canal de Caronte. Au milieu de celui-ci et à son point culminant, votre regard se portera alors immanquablement au loin en direction de l’étang de Berre.

  Pouvez-vous supposer, qu’un demi-siècle plus tôt votre trajet passait tout en bas, traversant les quartiers de la ville le long de rues étroites ? Savez-vous que la vie des habitants était alors rythmée par l’ouverture, quelquefois capricieuse, d’un pont tournant ?    Devinez-vous le petit pont Saint-Sébastien niché au bout de cet îlot, dernier vestige d’un passé enfoui dans le temps, où les tartanes à voile après avoir franchi le pont-levis déchargeaient leurs poissons sur le quai Sainte-Catherine ? Imaginez-vous que des siècles durant les habitants de cette cité ont vécu sur l’eau, entre les neuf ponts et tout autant de canaux qu’ils devaient traverser pour passer de Jonquières à Ferrières ?

 

La Villa Khariessa à Martigues

 

HISTOIRE REGIONALE

  La Villa Khariessa est située sur la commune de Martigues, dans les Bouches du Rhône, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Marseille. Chaque jour plusieurs milliers d'automobilistes quittant l'autoroute pour rejoindre le centre de la cité passent devant ses murs. Combien la connaissent ? Et pourtant, la Villa Khariessa partage son histoire avec Martigues depuis plus d'un siècle.

  A Martigues au lieu-dit Bourelly, en ce milieu du XIXème siècle, un petit cabanon entouré de quelques vignes et d'oliviers domine l'Etang de Berre.
 Dans la mouvance des Impressionnistes, les peintres découvrent la nature sauvage et la lumière du Midi.

  Le pittoresque de Martigues les séduit.

  L'un d'entre eux est Henry Gérard. Sur ce site il fait édifier, avec son épouse cantatrice, une demeure qui deviendra son atelier et le lieu de réception de leurs nombreux amis artistes : la Villa Khariessa.
  Plus tard c'est un courtier maritime, Maurice Pommé, qui fera de Khariessa un lieu incontournable du monde économique régional. Elle sera aussi au centre de réceptions officielles et d'événements artistiques.

 
 

Henry Gérard

Artiste-peintre

1860-1925

ARTS GRAPHIQUES

  Henri Paul Gérard est né à Toulouse en 1860. Issu d’une famille bourgeoise, sa fortune lui permet de considérer la peinture comme une passion et non une nécessité. Elève de l’Ecole des Beaux-Arts, il part ensuite pour Paris où il travaille dans divers ateliers aux côtés de Henri Martin, Paul Gervais, Edmond Yarz, François Gauzi. Il rencontre Toulouse-Lautrec dont il réalisera un portrait du peintre sur le motif.

 

  Séduit par les paysages et les cieux de la Provence, il fait l’acquisition en 1901 d’une propriété à Martigues sur les bords de l’Etang de Berre, sur laquelle il fera édifier la Villa Khariessa, dont les jardins emplis de lauriers roses, de tamaris et de roses trémières, enfouis sous les pins et les cyprès, lui fourniront une inépuisable source d’inspiration. Cette villa porte sa marque puisqu’il en élabore les plans et en sculpte les meubles. Il y meurt en 1925.

 

  La peinture de Henry Gérard suit l’évolution de l’art pictural de la fin du XIXe au début du XXème siècle. Symbolisme et classicisme pour ses premiers tableaux, douceur des contours et des coloris ensuite, influence des orientalistes dans ses toiles sur Venise, touche impressionniste pour peindre la Provence, la couleur de sa palette tend alors vers le fauvisme.

 

Soulas d'Allainval

LITTERATURE

  La personnalité de Léonor Jean Christin Soulas d’Allainval a souvent été réduite à celle d’un auteur ayant certes quelque talent mais se plaisant à vivre dans une incurie totale. Cet ouvrage apporte enfin la connaissance de son identité et de ses origines. Sa biographie dévoilée éclaire ainsi d’une façon nouvelle la lecture de son œuvre.
Son théâtre, représenté tant à la Comédie-Française ou au Théâtre-Italien qu’à l’Opéra-Comique, apporte une vision critique incomparable des mœurs sociales des on époque.
  Sa vie ne fut pas simple, ponctuée par un séjour dans les cachots de la Bastille pour lequel Voltaire ne semble pas étranger.
 Plus qu’un auteur dramatique, Léonor Jean Christin Soulas d’Allainval est un portraitiste de la société de la 1ère moitié du XVIIIe siècle.

L'ouvrage "Léonor Jean Christin SOULAS d'ALLAINVAL - Un littérateur et son théâtre au XVIIIème siècle -" comprend 185 pages avec de nombreuses illustrations Noir et Blanc.
  La 1ère partie est consacrée à la biographie du personnage et la seconde partie à l'analyse de son théâtre.